Rechercher
  • ActionCOACH Québec

Le changement comme moteur de développement

Les auteurs du podcast entrepreneurial « Maximum impact project » pointent avec pertinence le fait qu’une des seules constances dans la conception, dans la création et dans la gestion d’une entreprise, c’est le changement. Accepter le changement au quotidien permet de réduire la résistance qui nous empêche d’avancer plus vite et plus loin. Le changement est un puissant moteur de développement, autant pour l’entrepreneur qui navigue dans cette aventure que pour tous les autres éléments constituant l’écosystème: l’entreprise elle-même, les fournisseurs, la chaîne d’approvisionnement, le marché, les habitudes de consommation, etc. Si nous acceptons la seule certitude que nous puissions avoir en affaires – et dans la vie –, c’est l’impermanence de toute chose; nous comprenons que nous sommes voués à l’évolution et que nous devons nous adapter en continu, et c’est là la plus grande force de l’humain comme acteur de changement. L’entrepreneur qui accepte la mouvance peut se rassurer en prenant exemple sur la nature afin de constamment améliorer son environnement, son réseau, son projet et lui-même. Ce mode de gestion se veut régénératif, c’est-à-dire qu’il assume la volonté de vouloir changer le monde dans le meilleur sens possible pour que les effets de cette métamorphose se fassent sentir dans chaque élément de l’écosystème d’affaires.


Incarner le changement que nous voulons voir dans le monde

L’aventure entrepreneuriale est une source constante de changement, et ce, chez l’individu qui la gère comme chez les autres acteurs du projet et de l’entreprise elle-même.

L’entrepreneur se lance souvent en affaires après une expérience en entreprise qui ne cadre pas avec ses valeurs, ses couleurs et ses aspirations. Il travaille au service d’une cause qui ne correspond pas nécessairement à ses rêves, ni au positionnement qu’il veut prendre non seulement dans son domaine, mais aussi dans sa vie et, ultimement, dans la société. L’employé en inadéquation avec sa motivation et son plein potentiel peut ainsi accumuler des frustrations à servir une cause qui n'est pas la sienne et qui lui demande de se déraciner et de prendre sa précieuse énergie pour se motiver et se recentrer alors qu’il pourrait l’investir dans un projet sans effort et aligné avec ses intérêts.


Sur le plan individuel, l’entrepreneur est en évolution vis-à-vis de lui-même et de sa perception du projet au fil des expériences rencontrées dans sa vie personnelle et en affaires.


Cette capacité de mouvance et de remise en question est d’ailleurs un essentiel dans les bonnes pratiques de gestion et elle s’apprend, à condition d’accepter de ne pas très souvent ou trop longtemps se retrouver dans un contexte de statu quo. Les retombées positives du changement ne peuvent donc émerger que si nous lâchons prise… un autre cheminement en soi! Le développement se fait souvent en dehors de notre zone de confort, donc nous devons avoir la volonté de changer et, finalement, d’accepter de passer à travers la période d’inconfort lié à l’inconnu et à l’évolution.


L’entreprise aussi est en constante évolution et elle transforme le monde en modifiant les options possibles pour le consommateur et en créant un amalgame de valeurs et de ressources qui elles-mêmes vont éventuellement créer du changement auprès du marché, de la clientèle, et potentiellement des chaînes d’approvisionnement et de distribution.


C’est une belle occasion de modifier le contexte de consommation dans le but de l’améliorer en ce qui concerne tant les manières de faire que le produit/service à proposer ou encore les habitudes de consommation et les modes de gestion.


Cette augmentation recherchée et assumée de différents types de capitaux (financier, social, humain et environnemental) générés par le projet apporte nécessairement un enrichissement dans la qualité de la gestion de l’entreprise tout comme sur l’impact que l’entreprise aura dans la société. Les employés qui s’identifieront à cette culture organisationnelle ouverte et innovante seront amenés eux aussi à se développer et à mettre au profit de l’entreprise leurs capacités et leur épanouissement. Les projets portés par l’entreprise risquent d’être axés sur les volets autres que financiers, par exemple son implication dans diverses causes sociales ou en agissant comme modèle inspirant pour les consommateurs et les autres acteurs de l’écosystème. L’impact de l’entreprise peut alors largement dépasser la génération de profit et devenir un acteur de changement en restaurant, en renouvelant et en régénérant les ressources qu’elle utilise au quotidien, peu importe leur nature. Elle peut se démarquer de la concurrence et gagner le cœur des consommateurs et de la main-d’œuvre en appliquant des politiques internes liées à la sphère sociale (insertion, santé des populations, etc.) et économique (innovation durable, énergies renouvelables, répartition équitable des profits, etc.) en plus de permettre de redéfinir l’avenir du domaine en augmentant l’impact positif généré via ses opérations. À tout le moins, l’entreprise a cette opportunité-là de laisser sa trace, de créer un écosystème plus durable et même enrichissant pour son secteur d’activités, ses équipes, ses clients et la planète.


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout